domingo, 20 de abril de 2008


LE PONTA DELGADA EST MORT... VIVE LE PONTA DELGADA *


La vie est faite de paradoxes paraît’il, la mienne n’échappe pas à la règle !

Comment puis je parler d’économie durable, de tourisme responsable, de “soft encounter” avec dauphins et baleines alors que je passe ma vie à mettre des gens dans des avions ?

Le transport et sutout le transport aérien est responsable d’une grande partie des gaz à effet de serre, (pas seulement le CO2, il y a bien pire), aujourd’hui 100% des personnes qui visite l’archipel utilise ce moyen (peu écolo)... parce qu’il n’ont pas le choix.

Allez! Pour pour me donner bonne conscience, parce que je pense qu’elles seront pas entendues, voici 3 suggestions que je laisse à votre appréciation:

- 1/ Sensibiliser les personnes qui nous visitent au fait que voyager n’est pas une activité sans impact sur l’environnement. L’archipel des Açores est en condensé le revelateur du modèle vers lequel tend l’humanité. On y touche ici plus facilement le pouvoir de la nature, mais aussi sa fragilité lorsque la biodiversité disparaît... faisons leur par exemple planter des arbres indigènes.
Tirons les leçons de ce qui s’est passé sur l’île de Pâques

- 2/ Donner du temps à ces visiteurs d’aprécier les îles, en les invitant à rester au minimum une semaine sur l’archipel et/ou 3 nuits sur chaque île, les modeles touristiques comme les tourismes de congrés, incentives, longs weekend, circuits Açoriens, promotions de vol charter ( ha le modele suédois !) sont à bannir. Sans aller jusqu’a interdire la permanence pour un touriste à moins de 7 nuits (cela existe sur certaines destinations), il est politiquement possible de taxer les courts séjours et d’alléger fiscalement les opérateurs qui proposent des séjours de moyenne durée.
- 3/ Et surtout , rétablir une liaison maritime régulière Portugal continental/Açores ( j’écris Açores, pas São Miguel), le bateau est 18 fois moins polluant que l’avion, les bateaux de croisière actuels sont capables d’effectuer cette traversée en moins de 40 heures...le transport maritime...rien que du bonheur,
o Tout d’abord prendre le temps, les touristes sont en vacances finalement! J’ai débarqué pour la première fois aux Açores, c’était en 1987, un jour de brume (J’ai tout de suite compris la notion de “Ilhas de bruma”), j’ai senti la végétation exubérante de l’île “Lila” avant de voir se dévoiler à la proue de “Tyl le mutin” mon voilier, la merveilleuse solouhette des “Ilhéus das Cabras” puis doucement presque sensuellement celle du Monte Brazil encore résonnant de cette nuit de São Joãninhas .Quel contraste aujourd’hui lorsqu’à bord d’un A310 brimbalant, en compagnie de cette merveilleuse collation offerte par la TAP, je me demande si ce tube d’aluminium ailé et mal odorant sera capable ou non d’aligner la piste et si mes bagages auront suivis
o Avoir de l’espace, découvrir des îles, avoir comme horizon le bleu de la mer Açorienne c’est en priorité ce que recherchent les citadins au ventre plein qui nous visitent. Rien de plus violent après une semaine de treck autour des volcans de l’Atlantide que de devoir partager l’intimité olfactive dans le confort d’un siège d’avion penser pour des nains, les cris de l’homo sapiens volant à mes côtés, et qui n’a pas été vraiment prévenu de la sportivité de nos aéroports... Oui j’ai peur de l’avion ! mais surtout je préfère m’imaginer en train de prendre l’apéritif au bord de la piscine de la plage arrière d’un paquebot, avec comme toile de fond un coucher de soleil sur l’Atlantique et des dauphins comme guide vers l’archipel attendu.
o De répondre à l’attente de nombreux de nos clients qui préferent le bateau pour des raisons environnementales, celles décritent plus haut et aussi parce qu’ils peuvent embarquer plus de poids (cela à son importance lorsque l’on fait de la plongée, par exemple).
o De rentabiliser les installations portuaires en cours d’adaptation de créer de l’emploi autour des ces ports et de déservir plus démocratiquement le coeur de l’archipel, le triangle. Le coût de ce voyage maritime pourrai être réduit avec une participation identique à celle reçue par la SATA qui visait à développer le transport aérien... au moins vers certaines îles.
(Un peu hors sujet, mais je rappelle que le flambant neuf aéroport de Pico, n’a toujours droit depuis Lisbonne et en pleine saison touristique qu’a un demi vol (le mardi en plus) par semaine alors que son ancêtre Faialense en reçoit 2 voir 3 quotidiennement, ce sujet fera l’objet d’une prochaine humeur dans le blog Espaço Talassa)

Pensées Açoriennes
Serge Viallelle


* pour ceux qui ne l’on pas connu, le Ponta Delgada est le dernier navire qui a effectué les liaisons maritime Lisbonne/Açores jusque dans les années 80.

1 comentário:

GuillermoJB2000 disse...

Hi Serge!

Greetings from Mexico Your blog and site is wonderfoul and excelent! Thanks for your information, studys and more..

Saludos desde Mexico. Tu blog y sitio es maravilloso y excelente. Gracias por tu informacion , estudios y mas.

Sincerely Guillermo (William)